Les musées en Picardie

Les musées en Picardie

La Picardie regroupe trois départements : l’Aisne, l’Oise et la Somme. Celle-ci a, depuis le premier janvier de l’année 2016, fusionné avec le Nord-Pas-de-Calais. Cette nouvelle région porte maintenant le nom de Hauts-de-France. Le nom « Picardie » provient à la fois de la situation géographique de cette région et de son histoire.

Elle est apparue pour la première fois en 1216.  Dans cette lointaine époque, le mot picard signifiait « piocheur » ; Il était utilisé par les parisiens pour désigner les habitants du nord du pays qui étaient majoritairement des paysans agriculteurs. Cependant, dans le nord, ce terme fut aussi utilisé par les locaux pour appeler toutes les personnes ne parlant pas le flamand.

Mais la Picardie, c’est surtout un bon nombre de musées qui en vaut largement le détour. De passage dans cette charmante région de France ? Voici une petite suggestion de musées à visiter, vous y trouverez sûrement votre bonheur.

Le musée de Picardie

A la fois musée d’art et d’archéologie, le musée de Picardie est situé à Amiens. Il est constitué d’une très belle collection allant de la préhistoire jusqu’au siècle dernier, que ce soit pour sa section dédiée à la peinture ou celle à l’archéologie. Ce musée détient un label « musée de France ».

  • 1802 : ouverture des portes du musée napoléon

C’est en 1802 que le musée napoléon a ouvert, pour la première fois, ses portes. C’est l’empereur Napoléon qui est le fondateur de ce musée en y envoyant quelques tableaux lors de la signature de la paix d’Amiens mais c’est en 1855 que la construction du bâtiment actuel a véritablement commencé sous la supervision d’Henri Parent et Arthur Diet.

Il a été spécialement étudié pour accueillir toute la collection régionale. Mais plus que ça, ce magnifique bâtiment est aussi un hommage à toute la Picardie ainsi qu’à ses illustres hommes.

  • Les collections du musée de Picardie

Pour ce qui est de sa collection archéologique, le musée de Picardie dédie tout son sous-sol à des pièces découvertes sur son sol. Cependant, il présente aussi diverses pièces venant de toute l’Europe.

Sa collection de pièces préhistoriques provient des multiples fouilles effectuées à Amiens ainsi que dans le département de la Somme. Pour sa collection médiévale, elle est principalement constituée de sculptures qui datent de XIIe au XVIe siècle.

Le musée d’Art de Picardie dispose de plusieurs tableaux et sculptures. Pour ces dernières, les plus connues sont Ecce Homo, un œuvre de  Nicolas Blasset, l’Apollon et Diane de Nicolas-Sebastian Adam. On y trouve aussi quelques œuvres de Jean-Baptiste Carpentier ainsi que de Pierre-François Berruer.

Pour la peinture, le musée dispose de multiples tableaux signés par quelques grands maîtres.

Le musée « Histoire de la Grande Guerre »

Situé dans la somme, l’Histoire de la Grande Guerre est beaucoup plus qu’un simple musée de la première guerre mondiale, c’est aussi un centre de recherche et un centre de documentation. Comme le musée Picardie, ce musée a aussi obtenu un label « musée de France ».

  • Un peu d’histoire pour commencer

La première guerre mondiale a débuté par l’assassinat, le 1914, de l’archiduc Ferdinand, le prince héritier du trône austro-hongrois par un nationaliste Serbe. Pour se venger, le roi François-Josephdécide alors de se venger en déclarant la guerre à la Serbie. Cependant, cette dernière était un allié de la Russie qui, pour respecter le pacte fait avec le pays, se devait de prendre sa défense. Ce qui entraîna l’entrée en guerre de l’Allemagne, un allié de l’Autriche-Hongrie. Et vice-versa, tous les pays européens sont tous entrés en guerre.

Parmi les moments forts de cette guerre figurent la bataille de la Somme. Cette dernière a fait plus de 400 000 morts et quelques 600 000 blessés. Ainsi, dès la fin de la guerre, en 1918, la Picardie, et plus particulièrement la Somme, est devenue un véritable endroit de pèlerinage pour toutes les familles des soldats tombés lors de cette tragique bataille.

C’est en 1986 que la décision de faire construire un musée pour la transmission de cette inoubliable partie de l’histoire de la région fut prise par le conseil général de la Somme. Parallèlement, un projet scientifique sur le lancement d’un centre de recherche sur la première guerre a aussi vu le jour. C’est ainsi que fut construit le musée de la Grande Guerre.

  • Le musée Histoire de la Grande Guerre, une comparaison culturelle

Le musée de la Grande Guerre nous propose de découvrir sous un autre angle les origines de la guerre et leurs conséquences au sein de la société européenne. Pour ce faire, il nous met en premier plan l’homme en tant qu’individu, que ce soit les civiles, les soldats, les prisonniers de guerre, …

L’étude se base essentiellement sur une comparaison culturelle effectuée pour les trois grandes sociétés belligérantes : la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni.

L’Histoire de la Grande Guerre dispose d’une vaste collection d’objets provenant de la première guerre mondiale.  La collecte de ceux-ci a commencé en 1986. Cette collection provient essentiellement des dons effectués par des particuliers et des achats d’objets originaux. Au total, on compte plus de 50 000 pièces.

Le château Blérancourt

Ancienne résidence de campagne de la famille Gesvres, le château est déclaré, lors de la révolution française, monument national. Le corps central du bâtiment a été rasé. Lors de la première guerre mondiale, les quelques parties intactes ont subi d’importants dégâts.

Aujourd’hui, le château abrite le musée franco-américain.

  • Un peu d’histoire

Situé dans l’Aisne, le château de Blérancourt fut entièrement construit en pierre de taille. Il fut bâti par l’architecte Salomon de Brosse sur une terrasse artificielle. Le château est alors constitué d’un logis central et de deux pavillons séparés.

En 1917, ce qui restait du bâtiment fut alors utilisé par les américains comme quartier général du CARD. Celui-ci fut créé à l’initiative d’une riche américaine, Anne Morgane.

Cependant, en 1918, le peu qui restait du château a été entièrement rasé par une offensive allemande.  Vers la fin de la guerre, la riche américaine racheta les ruines du château et la reconstruction commença en 1924.

Ce nouveau bâtiment abrite un musée en mémoire des courageux volontaires américains venus soutenir la France. Le château est aujourd’hui entouré d’un magnifique jardin : les jardins du Nouveau Monde.

  • Le musée franco-américain du château Blérancourt

Comme il a été souligné précédemment, le musée de Blérancourt a été créé à l’initiative de la riche américaine Anne Morgane. Au tout début, celui-ci fut nommé musée de l’histoire franco-américain. Par la suite, le musée ainsi que toute sa collection fut offert à la commune de Blérancourt pour devenir le musée  franco-américain du château Blérancourt.

Ce musée dispose d’une importante collection d’œuvres qui est intimement liée à la naissance d’une relation fraternelle entre la France et les États-Unis vers le XVIIIe siècle. On y trouve aussi quelques magnifiques pièces échangées entre les deux pays au XIXe et au XXe siècle.

De nos jours, le musée franco-américain du château Blérancourt dispose aussi de multiples souvenirs de la première guerre mondiale. On y trouve notamment des films documentaires ainsi que des photographies.

  • Les jardins du Nouveau Monde

Les jardins du Nouveau Monde n’ont été créés qu’un 1986 par des paysagistes américains et français. Cette construction a été entièrement financée par des américains. Le jardin est complété par un splendide arboretum constitué principalement d’espèces américaines.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s